Résumé et critique du livre La semaine de 4 h de Timothy Ferriss

La semaine de 4 h de Timothy Ferriss occupe une place particulière dans les livres de gestion du temps et des priorités. Dès sa première édition en 2006, l’histoire de l’auteur et ses promesses résonnent dans le monde entier. Derrière un titre accrocheur se cache une stratégie basée sur l’externalisation, la loi 80/20 et l’explosion d’Internet. Pour mieux comprendre le phénomène autour de ce livre de développement personnel, je vous invite à lire mon résumé et ma critique de La semaine de 4 h.

Tim Ferriss et la gestion du temps

Dans son livre La semaine de 4 h, Timothy Ferriss reprend l’idée que la gestion du temps est dépassée. L’auteur préfère employer un système de gestion des tâches de travail optimisé. C’est ce qui permet à Ferriss de tirer le maximum de productivité et de performance de son temps de travail.

Comme tout livre de développement personnel, La semaine de 4 h offre une place privilégiée au développement d’une vie personnelle épanouie. Tim Ferriss s’impose donc des règles similaires à celles de son business dans sa vie quotidienne. L’auteur reprend en particulier la loi 80/20 et la loi de Parkinson pour justifier ses choix de gestion des tâches.

La loi 80/20 et la loi de Parkinson selon l’auteur de La semaine de 4 h

Tim Ferriss s’inspire profondément de la loi 80/20. Très connue dans le monde du business et de l’entreprise, cette dernière avance que 20 % des causes ou intrants sont responsables de 80 % des résultats ou extrants. L’auteur de La semaine de 4 h accorde une place de choix à cette théorie et l’applique au travail comme dans sa vie personnelle.

Timothy Ferriss prône par exemple la diète d’information. Il fait le choix de ne jamais suivre les informations sur le monde, afin de se concentrer un maximum sur l’essentiel utile. C’est l’ignorance sélective. Ferriss utilise aussi ce système dans le développement de son business (choix des clients, produits, etc.), comme vous le verrez.

La loi de Parkinson observe que la réalisation d’une tâche ou d’un objectif s’étale naturellement pour prendre tout le temps disponible. Tim Ferriss écrit donc qu’il faut utiliser des deadlines courtes et précises pour augmenter sa performance dans le travail et dans la vie quotidienne. Pour les anglophones, découvrez l’article original de Cyril Northcote Parkinson dans la revue The Econonomist.

Gagner un maximum de temps grâce à une meilleure gestion des tâches et de la productivité

Dans La semaine de 4 h, vous trouverez de nombreux conseils pour devenir un « nouveau riche » ou un « nouveau bienheureux ». L’objectif reste le même, gagner du temps de travail pour se consacrer aux tâches importantes de l’entreprise. Le livre vous propose de supprimer tous les rendez-vous et appels clients qui occupent une place négligeable dans le développement de votre business.

Tim Ferriss fait ensuite le choix de déléguer chaque tâche indispensable à son personnel ou à une entreprise partenaire (externalisation). Cependant, il est impossible de créer une entreprise où on peut tout déléguer, dans un premier temps. L’auteur conseille donc de regrouper les tâches répétitives, similaires et chronophages ensemble. Le temps de travail réduira de manière importante et vous gagnerez de la place dans votre agenda professionnel.

Déléguer une tâche de son business ailleurs dans le monde : l’externalisation selon Tim Ferriss

Quand Tim Ferriss parle de déléguer, il pense presque exclusivement à l’externalisation d’activité dans un pays du monde où le salaire est plus bas. Il décrit le personnel qu’il emploie de manière positive : qualifié, travailleur et surtout coûtant beaucoup moins d’argent que dans son pays (États-Unis d’Amérique). L’auteur de La semaine de 4 h parle même d’externaliser sa vie personnelle :

  • faire envoyer des cadeaux à sa femme
  • répondre à des messages amicaux ;
  • employer un chef cuisinier low-cost sur Craigslist, etc.

Il recommande d’employer une société d’assistants virtuels, par exemple en Inde ou en Chine pour constituer son « personnel ». Le but de ce système est de s’abroger des règles de l’entreprise traditionnelle et d’automatiser les processus chronophages ou pénibles. Tim Ferriss paie à la performance ou envoie l’argent une fois les produits livrés. Selon lui, cette simple idée lui permet d’éviter tout risque de trésorerie négative dans son entreprise.

Créer une « muse » : cette entreprise qui rapporte de l’argent de manière automatique

Tim Ferriss développe le concept de « muse » dans plusieurs chapitres de La semaine de 4 h. L’idée principale est de devenir riche (ou de gagner suffisamment d’argent) en possédant une entreprise, mais sans la diriger réellement. Les clients trouveront les produits et informations de la muse automatiquement. Tim Ferriss évoque notamment un système basé sur la publicité en ligne et l’inbound marketing.

Devenir riche sans faire carrière ni rencontrer ses clients ou ses fournisseurs ? Oui, l’auteur vous promet en réalité une vie de rentier. Dans son livre, il décrit une manière incroyable et peu connue – à l’époque – d’accumuler beaucoup d’argent sur Internet : le dropshipping. Aujourd’hui, le monde entier a connaissance de ces types de business et de leurs règles. Je vais donc me concentrer sur les informations liées à la création de nouveaux produits pour sa muse.

Trouver une idée de muse ou d’entreprise automatisée

Tim Ferriss écrit dans La semaine de 4 h qu’il faut répondre à une demande. Créer des produits ou services sans business plan millimétré et espérer les vendre pour devenir riche serait illusoire. L’objectif de l’auteur est de trouver des clients rapidement, pas de monter une startup. Le livre de développement personnel vous conseille de choisir un secteur de niche dans lequel vous avez des connaissances affûtées.

Il cite en exemple l’histoire de la création des gélules BrainQuicken, ses compléments alimentaires pour étudiants. Tim Ferriss écrit qu’il a renommé ses produits en « BodyQuick » et achète de la publicité dans des magazines d’arts martiaux. Son échec se transforme en réussite et il trouve ses clients pour sa muse.

Tester la performance de sa muse sans business model complexe

Ferriss se montre très critique à l’encontre de l’intuition dans le développement d’un business ou d’une muse rentable. Le ratio risque/récompense (ou risk/reward, en anglais) est beaucoup trop défavorable pour espérer devenir riche, ou juste rentable, rapidement. Dans son livre, l’auteur choisit l’expérimentation rapide, notamment sur Internet. Tim Ferriss vous propose de créer deux ou trois pages de vente de produits ou de services.

Créez ensuite une petite campagne Google Ads et faites des tests A/B. Le but est de déterminer si des clients souhaitent acheter vos produits, avant même de les créer. Vous pouvez même en profiter pour créer une mailing list, à utiliser en cas de succès. Dans le livre, il écrit plus en détail les règles à suivre pour savoir si un produit ou marché est rentable.

Comment scaler sa muse pour accomplir l’objectif de la semaine de 4 h ?

La semaine de 4 h décrit 3 étapes pour scaler sa muse tout en optimisant sa performance. Tant que votre business en télétravail cumule moins de 50 ventes au total ou moins de 10 ventes par semaine, vous seul assurez la gestion de l’entreprise. Ferriss conseille de répondre aux appels des clients et de coucher par écrit vos réponses sous la forme d’une FAQ. Le but est de limiter les questions des clients et d’externaliser le SAV plus facilement par la suite.

La deuxième étape décrite dans le livre est d’externaliser les services logistique et administratif de l’entreprise. Timothy Ferriss choisit des partenaires bien spécifiques :

  • pas de minimums mensuels imposés ;
  • choisir une petite société pour être en position de négocier, etc.

La dernière phase, à partir de 20 produits chaque semaine, est d’externaliser tous les processus à un prestataire unique et de qualité. Parmi les conseils supplémentaires de Tim Ferriss, on peut également citer la simplification de l’offre et le tri des clients et produits en mode 80/20.

Promesses, philosophie et critique de La semaine de 4 h de Tim Ferriss

La promesse de La semaine de 4 h de Tim Ferriss est de faire de vous un « nouveau riche » ou « nouveau bienheureux ». Voici quelques caractéristiques du nouveau bienheureux :

  1. réaliser le minimum de travail nécessaire pour un maximum de productivité et de performance ;
  2. travailler de n’importe quel pays en télétravail et échapper à une routine métro-boulot-dodo ;
  3. faire des mini-retraites quand on le souhaite, au lieu d’attendre la fin de sa carrière pour réaliser ses rêves ;
  4. être le propriétaire de son business, mais pas son esclave (chef d’entreprise ou salarié).

Il s’agit bien d’un livre de développement personnel, qui propose d’être plus heureux (ou bienheureux) et libre dans sa vie, sans forcément devenir riche ou travailler moins de 4 h par semaine. Il est cependant indispensable de faire une critique du livre de Tim Ferriss.

La semaine de 4 h se base avant tout sur l’histoire personnelle de l’auteur et d’autres entrepreneurs à succès. Des storytellings vendeurs de rêves qui sont souvent impossibles à vérifier. Le livre pose aussi des questions éthiques, notamment concernant le dropshipping, ainsi que l’externalisation des business et de la vie privée. Les exemples de Tim Ferris peuvent paraître dépassés, notamment sur l’Eldorado qu’était le web à l’époque.

Une critique de La semaine de 4 h qui revient souvent est que l’auteur fait une compilation de concepts mieux décrits dans d’autres livres. Enfin, l’ego et l’individualisme du personnage peuvent en rebuter plus d’un. Ce livre a tout de même le mérite de motiver le lecteur à passer à l’action avec des exercices réguliers.

Pour conclure, la Semaine de 4 h s’adresse plutôt à de futurs entrepreneurs ou à des néophytes du développement personnel. Pour ma part, j’ai choisi de créer un programme à destination des chefs d’entreprise, dirigeants d’association et managers d’équipes. L’histoire de Tim Ferriss vous intéresse, mais vous recherchez une approche plus concrète ? Je vous invite à découvrir ma formation de gestion du temps et d’organisation du travail.

Vous souhaitez découvrir d’autres résumés de livres sur la gestion du temps ? Lisez mes articles sur :

Je vous propose un rendez-vous de 15 min.

L’appel servira à faire connaissance et à déterminer si je peux vous aider à atteindre vos objectifs !