Comment ne plus subir le temps ?

6 Secrets pour ne plus subir le temps (… et pour s’affirmer ou oser dire non)

 « On s’en fout on y va pas, on a qu’à se cacher sous les draps, on commandera des pizza, toi, la télé et moi… »

Ces paroles issues d’une célèbre chanson de « bénabar » illustrent assez bien l’état d’esprit dans lequel on est lorsqu’on se retrouve obligé de donner de notre temps aux autres.

Quand on subit le temps

Eh oui, il y a des moments où on a envie d’être en mode « ermite » mais où ce n’est pas possible…

Comment faire la part des choses entre notre besoin relationnel et notre besoin de solitude ?

Comment ne pas se laisser « phagocyter » (manger) par les besoins relationnels des autres ?

Où se trouve l’équilibre ?

Dans cet article,  je vous donne 5 clés pour vous aider à mieux gérer ce temps imposé par les autres. 

1- Différencier temps subi et temps choisi

  • LE TEMPS CHOISI : il est issu d’un choix conscient, même s’il s’agit d’une tâche désagréable. Le cadre est défini par vous.
  • LE TEMPS SUBI : il s’impose à vous. Le cadre est défini par l’extérieur ou des priorités (emmener son enfant chez le dentiste car il a une carie).

Les bonnes questions à se poser :
Prendre conscience de ce que l’on subit : est ce qu’il s’agit du temps ? Est ce que je suis impuissant à 100% ? Ou bien : ai-je un certain degré de contrôle dessus ? 

Le conseil : “il faut” : quand on a tendance à dire ces mots, c’est qu’on subit l’environnement.

2- Le temps est relatif à chacun : s’observer pour prendre conscience.

Le temps n’existe pas ?

Avez-vous remarqué comme lorsqu’on est occupé ou sous le coup d’une émotion, le temps passe très vite ? À l’inverse, lorsqu’on s’ennuie ou si on attend un retardataire, on s’impatiente et on trouve le temps long.

La notion du temps change en fonction des situations. Selon notre approche et notre fonctionnement, la perception du temps peut être très différente.

Lors des accompagnements que je propose dans la méthode CSP, je propose systématiquement aux coachés d’effectuer un diagnostic du temps. Cela permet d’identifier et de prendre conscience du temps que prennent réellement les choses et aussi de la quantité de temps qu’on perd dans des choses non-essentielles qui ne nous font pas réellement avancer vers nos objectifs.

3- Conscientiser les facteurs externes et internes

Quand on parle de facteurs internes qui font qu’on perd du temps, il s’agit de choses telles que : 

  • le perfectionnisme (faire bien à 40, 60 ou 80%, c’est déjà très bien ! )
  • la difficulté à dire non, 
  • Le flou sur les objectifs, 
  • le stress

Les facteurs externes, quant à eux, sont des “voleurs de temps” tels que : 

  • le téléphone, les notifications et autres distractions 
  • les collègues, 
  • les “on doit / il faut / parce que c’est comme ça”, 
  • les réunions imposées

Que se passe t’il lorsqu’on a débloqué ce qui faisait qu’on se laissait manger par des facteurs internes/externes ? 

Une fois qu’on a réussi à se positionner, on se sent léger : tout est plus fluide. C’est naturel, évident de ne plus passer après tout le monde, de ne plus vouloir faire parfait et d’oser dire non.

4- Oser dire non : Gérer les personnes qui nous font perdre du temps : 

Oser se poser certaines questions permet de réduire le nombre de situations similaires à celle décrite dans la chanson de Bénabar citée en introduction : 

Qui établit mon emploi du temps ? Est ce qu’on s’oblige à subir des gens qui ne font pas bien leur travail ou leur part de responsabilité ?  Qui est maître de votre temps ? 

Si la réponse à ces questions se résume par : “la plupart du temps, c’est les autres ou l’environnement ou bien, c’est mes émotions et autres exigences internes…” , alors cela est un signe d’alerte : cela signifie que vous n’avez pas le contrôle de votre emploi du temps.

Intégrer citation : sur les personnes qui font perdre la notion du temps ? 

Pour savoir dire non, il est essentiel d’avoir des bases comme par exemple : connaître son fonctionnement et sa valeur ajoutée. Cela donne des clés pour pouvoir plus facilement se projeter et se positionner. Pour ne plus subir et être enfin acteur.

Pour vous aider à répondre à la questions “Où sont passées mes 24 heures ?”, je vous propose de télécharger mon ebook (gratuit)  dans lequel vous trouverez un mode d’emploi efficace pour commencer à apprendre à gérer votre temps. 

5- Comment trouver l’équilibre entre rêves et objectifs ?

Oser poser ses limites, se positionner, conscientiser ses besoins

Il y a des personnes qui n’ont aucun objectif et d’autres qui en ont trop.

Comment se créer des objectifs quand on en a pas? 

Un des secrets est de prendre pour point de départ vos rêves, en le découpant en étapes, et en “plus petit pas possible”.

Comment faire de la place à son rêve quand on est noyé sous les objectifs ? 

C’est une situation où les gens perdent de vue leur rêve. Il est important de se rappeler que nos rêves (quand ils sont physiquement possibles), peuvent devenir concrets.

Une des clés pour définir ses objectifs en fonction de ses rêves est d’utiliser la méthode SMART,(mettre image). C’est un des secrets pour ne plus subir le temps

Plaisir et performance sont-ils compatibles ?

Il y a plusieurs signes qui montrent que vous vous éloignez du plaisir et que cela va entraver votre performance : 

  • Si vous êtes toujours en train de gérer votre to do list, vous êtes productif. Cependant, ce n’est pas cela, être performant ou efficace !
  • Culpabiliser de prendre du temps pour soi : Prendre du temps pour soi sans culpabiliser de ne pas être productif, permet de revenir “les batteries rechargées” et donc d’être plus productif.
  • Quand on se fait passer après tout le monde. La clé est d’admettre que l’on a aussi des besoins, qu’il n’y a pas que ceux des autres ! 
  • Lorsqu’on s’auto-sabote… 

Les solutions : Il existe plusieurs principes qui permettent de booster la performance :

  • La loi de Laborit
  • La loi de Parkinson
  • La loi de Pareto
  • La loi de Murphy
  • Loi de Carlson
  • Loi d’Illich
  • C’est vous la personne la plus importante

À savoir : Rêves et objectifs sont liés au plaisir et à la performance.

Le plaisir peut aller de pair avec la performance. Comment ? La performance obtenue génère du plaisir au travail.

6- Urgence et priorisation : passer du pompier au chef d’orchestre

Voici quelques techniques existent pour aider à prioriser vos 

tâches de manière efficace :

  • La matrice Eisenhower (ci-contre), détaillée dans mon ebook (gratuit) : au chapitre « diagnostic du temps »
  • La méthode inspirée du GTD
  • La méthode SMART : l’objectif doit être Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réalisable et limité dans le Temps.

Ne faites pas le hamster dans sa roue : remplacez par un temps plaisir. Lâchez prise. ! Cela recharge vos batteries ! 

Exemple concret : Une visioconférence est annulée. Quel choix faites-vous ? 

  1. Subir et se plaindre…?
  2. En profiter pour rebondir et faire quelque chose de positif pour soi, comme un temps “offert” par celui qui a annulé !
    Quoiqu’on fasse, on manquera toujours de temps, donc autant utiliser les situations comme celles ci positivement pour les choses qui vous font du bien, qui sont “essentielles” (et trop souvent négligées) : un moment avec son enfant, du sport ou une séance de relaxation-méditation ou prendre des nouvelles d’un proche ou d’un collègue…

Métaphore pour bien comprendre l’intérêt de savoir faire des pauses  :
Votre vélo a une roue dégonflée :
Soit on prend le tps de s’arrêter pour la réparer, soit on continue à pédaler péniblement… Le temps pris pour s’arrêter et réparer la roue est bénéfique au final. 

L’efficacité, c’est aussi de savoir quand s’arrêter pour mieux repartir.

Cet article est le résumé d’un live qui a eu lieu dans le groupe Facebook “reprendre le contrôle de son temps et de sa vie – les performeurs organisés”. Voici ce que les participants ont voulu garder, leurs “pépites” :

  • attention aux personnes qui vous font perdre du temps
  • prendre le temps pour l’obtenir 
  • rapport rêve/objectif à reconsidérer
  • quantifier les choses
  • définir l’urgence et l’importance
  • profiter d’un rdv annulé pour recharger vos batteries
  • décider de “parfait” à 80%. En général on utilise 20% d’énergie pour 80% de résultats.. à méditer!
  • le cerveau prend le temps qu’on lui donne pour réaliser un projet
  • la personne la plus importante: c’est vous !!

Cet article est le résumé d’un des « lives » que je donne chaque jeudi à 20H, sur le groupe Facebook : Les Performeurs Organisés – Reprendre le contrôle de son temps et de sa vie.
N’hésitez pas à le rejoindre si vous avez l’envie d’apprendre à mieux utiliser votre temps. C’est gratuit !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *