Se libérer de la charge mentale !

Charge mentale : 12 clés pour l’alléger

Lors d’un de mes précédents accompagnements, Sébastien -un dirigeant de PME- m’expliquait qu’il rêvait de faire un saut en parachute.
Mais il le fera plus tard… Un jour peut-être …
Pourquoi ? Pas la forme, weekends trop chargés, trop de travail et d’obligations, etc.

Bref, Sébastien a une grosse charge mentale qui alourdi son présent.
Il est comme un pompier à courir d’urgences en urgences…
Cette situation l’empêche de vraiment vivre sa vie. Il subit sa vie.

On n’imagine pas à quel point des choses telles que « penser à la place de l’autre », ne pas connaitre son fonctionnement ou avoir trop de croyances nous font perdre un temps et une énergie considérables !

Si vous lisez cet article, c’est que vous avez probablement conscience de la surcharge dont souffre votre mental.
Bonne nouvelle : 
La prise de conscience, c’est déjà la moitié du chemin de fait pour passer de « pompier » à « chef d’orchestre »!

Afin que vous continuiez à avancer sur votre chemin, je vais vous donner 12 pistes pour vous aider à vous libérer de ce mode de fonctionnement où vous n’avez « plus le temps de rien« , afin que vous puissiez mieux utiliser votre temps.

1 – Changer de perspectives

Vous avez pu constater que vous n’avez pas la même façon de percevoir les choses que les autres.

Rien de surprenant, même si, en effet, il est intéressant de lire à quel point ce que d’autres voient peut être différent de ce que l’on perçoit.

Et pourtant…ce n’est pas si évident que cela de ne pas faire de suppositions sur les pensées des autres !

Les suppositions sont des parasites qui prennent une place inutile dans notre charge mentale.
Comme le rappelle cette citation sur l’image ci-contre, ne laissez pas « les autres /l’environnement » prendre trop de place au détriment de vous-même.

Savoir se positionner :
le positionnement (par rapport à l’autre, à l’environnement ou à ses peurs et pensées), une fois travaillé, permet de se libérer une quantité considérable de temps et de charge mentale.

2 – Les autres m’épuisent ou bien mon fonctionnement avec les autres fait qu’ils m’épuisent

Plus souvent qu’on ne le croît, c’est notre fonctionnement par rapport aux autres qui nous épuise.

On se fixe des limites ou des obligations qui n’ont pas lieu d’être.
On pense à la place des autres, on s’imagine ce qu’ils veulent /pensent ou ressentent.

Il s’agit ici de se libérer du regard des autres.
C’est un point qui sera approfondi dans un prochain article.

3 – Connaitre son fonctionnement Se connaitre

Connaitre mon fonctionnement (allez voir dans mon ebook pour avoir les 3 premières clés) : cela permet de ne pas prendre les choses pour soi par exemple.

C’est intéressant de conscientiser à quel point on se connait soi-même.

Parfois, on n’arrive pas à mettre fin à une conversation, à dire non… on s’en donne pas les moyens /l’autorisation.
Parfois, certains ont l’impression que les autres les connaissent comme un livre ouvert (ou l’inverse).

Cependant, lorsqu’on parvient à surmonter cela, on se sent libéré d’un poids, on le vit tellement bien !

En savoir plus : Ebook – connaitre les principaux types de fonctionnement

4 – Etre factuel

Noter tout ce qu’on doit faire sur une unique « to do list » (pas plusieurs !), cela décharge le mental (plus d’astuces sur comment faire dans mon ebook).

Pour être factuel, vous avez également besoin de :

  • avoir les clés, des outils concrets pour mieux se connaître.
    Pourquoi ?
    Sinon, on prend des risques, comme par exemple : s’engager trop facilement/ dire oui trop vite.
    La conséquence ?
    Cela ajoute à la charge mentale : « je vais jamais y arriver !! ». Une des clés pour contrecarrer ce biais, c’est de savoir estimer le nombre d’heures pour réaliser un opération
  • D’avoir conscience du principe de co-responsabilité.
    La co-responsabilité se traduit par la capacité à assumer ses actes et sa part de responsabilité dans les actes/ressentis/pensées des autres.

5 – Une tache à la fois

Voici deux autres façons d’alléger le charge mentale :

  • Diviser un gros objectif en petites étapes. On appelle cela la méthode du plus petit pas possible. Cela permet d’avancer à coup sûr.
  • De faire une tâche après l’autre.
  • De s’accorder des moments de pause, des moments à soi, et de célébrer les réussites.

6 – Sortir du déni 

Observez ce schéma.

Il comporte deux parties : consciente (en blanc) et inconsciente (en noir) ainsi que 3 bulles :

  • Je fais,  
  • je pense,
  • je ressens. 

Dans tout ce que l’on fait, pense ou ressent, il y a toujours une part plus ou moins grande d’inconscient.
En prendre conscience permet notamment de relativiser.
Relativiser allège le poids qui pèse sur nos épaules : cela permet de décharger son mental.

7 – La perfection n’est pas de ce monde

Dans tout ce que vous avez à faire, cherchez-vous toujours le détail, la perfection ?

Avez-vous remarqué à quel point cette attitude vous pompe votre énergie et vous ralenti ?
Se fixer une limite trop haute vous amène soit à vous perdre dans les détails soit à… procrastiner, de peur de ne pas faire les choses « assez bien » !

Contentez-vous de faire les choses « parfaitement » à 60% !

8 – Les croyances

Dès qu’on conscientise nos croyances, il se passe une chose formidable : on se sent libéré et plus léger !

9 – Arrêter les peurs : peur réelle ou supposée ?

Corine, 38 ans, au sujet de son mari : « Si je ne fais pas ça, il va me quitter ! »

La question des peurs est récurrente en coaching.  

Lorsqu’on prend conscience que notre peur ne provient pas d’un danger réel mais qu’elle est subjective, on ressent de l’apaisement : on réalise « mais au fait, j’avais peur de quoi là ? ».
C’est un moment magique où le déclic se produit et où on peut avancer (parfois on fait un saut « quantique » dans notre évolution en débloquant une peur supposée !
Conscientiser le fait qu’on a une peur infondée, métamorphose votre façon de voir ce souci… Et vous vous dites : « C’était si simple, au final ! »

Finalement, c’est toujours « simple » lorsqu’on « sait ».
C’est comme apprendre à marcher, à nager, ou à faire du vélo : c’est « simple » … une fois qu’on sait le faire !

Exemple d’une personne que j’ai récemment accompagnée : « j’ai enfin réussi à dire à mon chef que j’étais en réunion ! »

Cela parait simple de dire cela, mais elle, elle n’arrivait pas à se positionner pour dire ca…mais une fois qu’elle a pris conscience de la crainte qui la bloquait, c’est devenu simple !

Tous ces éléments sont le résultat de mon expérience personnelle, et des accompagnements que j’ai réalisés.
Cela s’appuie sur du concret, sur ce que vous vivez au quotidien.

10 – Se fixer des objectifs accessibles

Pour faire un trajet de 9000 Km à pieds, tu dois tenir compte de tes limites et de celles de l’environnement.
Tu sais que tu n’y arriveras pas en 3 jours.
Cela semble évident sur cet exemple.

Cependant, une majorité de gens qui souffrent du poids de leur charge mentale oublient de jauger si les objectifs qu’ils se fixent sont raisonnables.

Pour cela, il peut être intéressant d’oser demander l’avis ou l’aide de ceux qui s’y connaissent.

11 – L’importance des limites

Même si on a réussi à se débarrasser de choses comme les peurs et les croyances, même si on connaît assez bien notre fonctionnement, nous devons tout de même :

  • Composer avec nos limites (énergie, capacité de gestion du stress/des émotions, limites physiques, etc.)
  • Repérer les limites de l’environnement (le cadre à respecter, les limites des autres, etc.)
  • Connaitre ce qui est important pour soi (ce qui nous motive ou pas).

Vidéo « extrait » du live sur notre groupe Facebook :

12 – Se faire accompagner

Une majorité des personnes qui ont une grosse charge mentale perdent un temps et une énergie considérables dans des croyances telles que :

  • Je vais continuer coute que coute, car je peux le faire !
  • Personne ne me comprendra de toute façon
  • Est-ce que ces idées en valent vraiment la peine ?
  • Est-ce que quelqu’un va vous décerner la médaille du plus méritant, du travail le plus parfait, de celui qui « y est parvenu seul et contre tous » ?

Cela vaut-t-il toute l’énergie et tout le temps que vous y aurez mis ?

Se faire accompagner est de loin la méthode la plus efficace et la plus rapide.

Conclusion :

Si ces 12 points vous ont parlé, et que parallèlement à cela, cela fait des années que vous procrastinez des choses importantes pour vous, peut-être cela vaut-il la peine de faire le bilan et de se demander :

« Et si demain, je mourrais, qu’est-ce que je regrettais ? »

Si votre problème avec le temps et la charge mentale est toujours là après 1, 2, 5 ou 10 ans, c’est que tu as besoin de le changer la manière de l’appréhender et de le résoudre.

Pour se libérer de la charge mentale, il est essentiel de prendre conscience de certaines erreurs à éviter :

  • l’habitude de régler le « juste » par une technique ou un « truc » mais au final le problème revient et la situation se reproduit…
  • le « juste » semble tellement évident à faire et tellement facile à mettre en place. Mais au final le problème est toujours présent
  • le « juste » semble être évident et très souvent, tu entends « ya qu’à , faut qu’on »

Pourquoi ?
Parceque se contenter de « juste » quelques techniques, mène très souvent à se dire : « à quoi bon, ça ne changera pas » … jusqu’au moment où la charge mentale et le fait de courir après le temps devient insupportable.

Alors, est-ce que comme une majorité, après avoir lu cet article, vous allez vous dire : « il faut juste faire encore ceci, puis cela, et encore ceci « ?

Est-ce que vous allez retomber dans la procrastination sans vous en apercevoir ?

Ou bien, est-ce que, cette fois, vous avez décidé de ne plus vous laisser avoir et vous allez décider de prendre votre destin en main? 

Si cela vous parle et que vous voulez régler définitivement un ou plusieurs de vos problèmes, je vous propose de vous donner quelques conseils « bonus » en vous offrant un coaching gratuit de 15 minutes.
Vous pouvez également rejoindre notre sympathique groupe Facebook (gratuit), sur lequel je propose des outils supplémentaires.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *